Grand Sud

Une soirée d’anniversaire au rocher du Débarquement

A première vue, la photo ci-contre ne montre qu’un simple îlot perdu au milieu d’un champ d’icebergs. Pourtant, ce rocher représente une valeur significative dans l’histoire française et au-delà, celle de l’Antarctique. En effet, le 21 janvier 1840, une partie de l’équipage des 2 navires l’Astrolabe et la Zélée, participant à l’expédition dirigée par Jules Sébastien César Dumont d’Urville, débarqua ici entre 21h et 21h30. Ce rocher baptisé rocher du Débarquement pour l’occasion, fut également l’endroit où Dumont d’Urville pris possession de cette partie de l’Antarctique au nom de la France et la nomma Terre Adélie en hommage à sa femme Adèle.

« Il était près de neuf heures lorsque, à notre grande joie, nous prîmes terre sur la partie ouest de l’îlot le plus occidental et le plus élevé. Le canot de l’Astrolabe était arrivée un instant avant nous ; déjà les hommes qui le montaient étaient grimpés sur les flancs escarpés de ce rocher… J’envoyai aussitôt un de nos matelots déployer un drapeau tricolore sur ces terres qu’aucune créature humaine n’avait ni vues ni foulées avant nous. Suivant l’ancienne coutume que les Anglais ont conservée précieusement, nous en prîmes possession au nom de la France, ainsi que de la côte voisine, que la glace nous empêchait d’aborder. Notre enthousiasme et notre joie étaient tels alors, qu’il nous semblait que nous venions d’ajouter une province au territoire français par cette conquête toute pacifique. Si l’abus que l’on a fait de ces prises de possession les ont fait regarder souvent comme une chose ridicule et sans valeur, dans ce cas-ci, au moins, nous nous croyions assez fondés en droit pour maintenir l’ancien usage en faveur de notre pays. Car nous ne dépossédions personne, et nos titres étaient incontestables. Nous nous regardâmes donc de suite comme étant sur un sol français. Celui-là aura du moins l’avantage de ne susciter jamais aucune guerre à notre pays. »

Ce soir, le 21 janvier 2016 à 21h, c’est sur ce même îlot que nous avons débarqué, 176 ans jour pour jour et heure pour heure, après l’expédition de Dumont d’Urville. La météo était tout simplement sublime ; pas de vent, un beau ciel avec d’un côté le coucher de soleil sur la calotte glaciaire du continent et de l’autre, un magnifique lever de lune sur les icebergs. Nous avions réalisé pour l’occasion, notre propre plaque commémorative sur un simple morceau de carton. De nombreuses photos furent prises et quelques extraits du journal de Dumont d’Urville furent également lu par Huw, l’historien de l’équipe, tels le texte ci-dessus ou encore celui-ci:
« La cérémonie se termina, comme elle devait finir, par une libation. Nous vidâmes à la gloire de la France, qui nous occupait alors bien vivement, une bouteille du plus généreux de ses vins, qu’un de nos compagnons avait eu la présence d’esprit d’apporter avec lui. Jamais vin de Bordeaux ne fut appelé à jouer un rôle plus digne: jamais bouteille ne fut vidée plus à propos. »

Nous serions bien restés de longues heures sur cet îlot, à contempler lever de lune et coucher de soleil en même temps, alors que les océanites de Wilson virevoltaient en rase-motte et sans un bruit autour de l’île. C’est non sans un brin d’émotion que nous quittâmes le Rocher du Débarquement. De retour à bord du navire, l’équipe d’expédition ouvrit elle aussi une bouteille de vin sur le pont arrière pour porter un toast à ces explorateurs intrépides et à ce 176ème anniversaire de la découverte de cette Terre Adélie.

« Jusque-là et pendant tout le temps où des doutes avaient pu exister, je n’avais point voulu donner de nom à cette découverte, mais au retour de nos canots, je lui imposai celui de terre Adélie. Le cap le plus saillant que nous avions aperçu dans la matinée, au moment où nous cherchions à nous rapprocher de la terre, reçut le nom de cap de la Découverte. La pointe près de laquelle nos embarcations prirent terre, et où elles purent recueillir les échantillons géologiques, fut appelée pointe Géologie. »

Mais cette soirée n’était pas encore terminée. Alors que nous évoquions cette journée autour de notre verre de vin, un groupe de 4 orques épaulards se fit remarquer, tenant de faire chavirer un morceau de glace sur lequel se trouvait un phoque de Weddell. Nous sommes restés plus d’une heure à observer cette scène de chasse incroyable qu’aucun d’entre nous n’avait encore vu de ses propres yeux ! En quittant les îles Dumoulin, le phoque était toujours sur son bout de glace, la lune encore plus haute, les lumières projetaient des teintes magiques sur les îles et les icebergs. Il fut difficile d’aller se coucher ce soir là. Un 21 janvier pas comme les autres, dans un calme impérial…

Le Rocher du Débarquement se trouve par 66°36.314’S 140°3.842’E dans l’archipel des îles Dumoulin (Clément Adrien Vincendon-Dumoulin était l’hydrographe de l’expédition). L’îlot mesure 175 m de long pour 52 m de large et se situe à 7 km au Nord-Est de l’île des Pétrels et de la base scientifique française Dumont d’Urville.

Au cap Adare dans la cabane de Borchgrevink

Cette année pour la première fois, nous avons eu la chance de mettre pied à terre au cap Adare, difficilement accessible en raison de la glace et de la houle souvent présentes. Ce lieu, qui abrite la plus grande colonie au monde de manchots Adélie, est également un site historique majeur en Antarctique : celui du premier hivernage sur le continent (1899-1900).

C’est au cours de la Southern Cross Expedition, qu’eu lieu ce premier hivernage, dirigé par le norvégien Carsten Borchgrevink. Le navire de l’expédition, Le Southern Cross (la Croix du Sud), quitta l’Angleterre le 22 aout 1898 et arriva à Hobart en Tasmanie le 28 novembre. Le 17 décembre, l’expédition fit route vers l’Antarctique et débarqua le 17 février 1899 au cap Adare qui marque l’extrémité nord-ouest de la mer de Ross. Le débarquement du matériel pris 12 jours en raison du mauvais temps, mais les hommes réussirent à construire leur quartier d’hiver, appelé Ridley Camp (du nom de jeune fille de la mère de Carsten Borchgrevink). Le 1er mars, le navire mis le cap vers le Nord, laissant 10 hommes sur place (5 norvégiens, 3 britanniques et 2 lapons).

De nombreux raids via la banquise furent effectués par les membres de l’expédition afin d’explorer les environs, mais surtout de récolter des échantillons scientifiques. Ils collectèrent ainsi des roches, des manchots Adélie et empereurs, d’autres oiseaux et des phoques dont 4 phoques de Ross. L’un des objectifs de Borchgrevink, était également d’atteindre le pôle Sud magnétique. Pour ces différents raids, il emmena avec lui entre 70 et 95 chiens venus de Russie et du Groenland. Ils furent les premiers chiens à être utilisés en Antarctique.
Les membres de l’expédition durent faire face à d’épouvantables conditions climatiques au cours de leur hivernage, faisant fréquemment demi-tour ou annulant un raid en raison de la mauvaise visibilité et du vent. Celui-ci atteignait régulièrement les 130 km/h. Leur anémomètre fut d’ailleurs détruit par une rafale à 145 km/h !
Parmi les incidents majeurs au cours de l’hivernage, les hommes furent sauvés d’une mort certaine par Louis Bernacchi le 1er septembre. Se sentant mal au cours de la nuit, celui-ci décida d’ouvrir la porte de la cabane pour faire un peu d’air juste avant de perdre conscience. Sans lui, les hommes seraient sans doute tous décédés d’asphyxie dans leur sommeil, car le vent renvoyait la fumée du poêle dans la cabane…
Deux mois plus tôt, c’est une bougie mal éteinte qui créa un début d’incendie, mais la catastrophe fut évitée de peu. Les traces de ce départ de feu sont d’ailleurs encore visibles dans la cabane.
Le 14 octobre 1899 en milieu d’après-midi, le naturaliste de l’expédition Nicolai Hanson décéda dans son lit, après deux mois sans être sorti de la cabane. Agé de 29 ans, fut la première personne à décéder et à être inhumée sur le continent Antarctique.

Le 28 janvier 1900 à 8h00 du matin, une voix réveilla les hommes « Courrier ! ». C’était le commandant Jensen, de retour avec le Southern Cross. Le 2 février, les membres de l’expédition se rendirent une dernière fois sur la tombe de Hanson et y érigèrent une croix. En fin de journée, tous quittèrent le cap Adare. Le navire mis le cap vers le Sud. Ils débarquèrent à l’île Possession, puis l’île Franklin. Le 10 ils virent le mont Erebus, puis l’ice-shelf de Ross. Six jours plus tard, ils découvrirent la baie des baleines (Bay of Whales), d’où en 1910 Roald Amundsen et ses hommes s’élancèrent pour atteindre le pôle sud géographique. L’expédition se termina le 31 mars 1900, lorsque le navire arriva en Nouvelle-Zélande.
Au cap Adare, la cabane de Borchgrevink et de ses neuf compagnons est toujours là, restaurée par l’Antarctic Heritage Trust. De nombreux artefacts y sont présents : lits, chaises, table, boites de nourriture, bouteilles, poêle, outils… Le magnifique dessin du cuisinier Holbein Ellefsen au plafond au-dessus de son lit, est également toujours visible.
A quelques mètres seulement de la cabane de Borchgrevink et ses hommes, se dressent les vestiges d’une autre cabane, aujourd’hui en ruine, utilisée par l’expédition Terra Nova de Robert Falcon Scott. En effet, une équipe de 5 hommes y passa l’hiver 1911/1912, mais ça c’est une autre histoire…

En quittant le cap Adare et sa colonie de plus de 250 000 couples de manchots Adélie, un soleil rasant illuminait les icebergs tabulaires et la chaine Transantarctique. Nous ne pouvions pas rêver plus beau départ, pour laisser derrière nous l’Antarctique…

 

Extraordinaire île Franklin

C’est à 2h45 sous une lumière féérique, que nous avons posé le pied ce 27 janvier sur l’île Franklin (Franklin Island). Cette île de 8 km de long pour 3 de large, est située en mer de Ross, à environ 120 km au nord de l’île du même nom. Recouverte à plus de 90% par une calotte glaciaire, ses côtes sont cernées de vertigineuses falaises de roche et de glace. Seule sa partie sud-ouest est accessible.

L’île Franklin a été découverte et nommée ainsi par l’expédition britannique dirigée par James Clark Ross, en hommage au gouverneur de l’époque de la Terre Van Diemen (plus tard appelée Tasmanie), Sir John Franklin.

Ce matin, la plage noire de cendres volcaniques est complètement obstruée par la banquette (limite entre la neige et la banquise), parfois haute de 3 m et de laquelle des manchots Adélie se jettent pour rejoindre leur site de nourrissage en mer. Une fois la banquette franchit, c’est une vaste zone plate qui s’ouvre sous nos yeux, que des dizaines de milliers de manchots Adélie recolonisent chaque été afin de se reproduire. A cette heure là, la lumière est rasante et les contre jours superbes. Au loin, les mont Erebus et Terror apparaissent timidement dernière l’horizon. De retour à bord de cette matinée fabuleuse, nous nous rendons compte que nous avons débarqué sur Franklin Island 174 ans jour pour jour, après la découverte de celle-ci par l’expédition de James Clark Ross à bord de l’Erebus et du Terror

Dans la cabane de Scott au cap Evans

Nous vous avions fait part l’an dernier de nos premiers pas dans la cabane de Shackleton au cap Royds. Nous nous étions également rendus dans les cabanes de Robert Falcon Scott au cap Evans et à Hut Point. Après être retourné une seconde fois dans ces cabanes cette année, nous ne résistons pas à l’envie de vous en faire part.
La troisième expédition britannique en Antarctique du XXème siècle, eu lieu entre 1910 et 1913. Dirigée par Robert Falcon Scott, elle avait des fins scientifiques et d’explorations géographiques. Mais le but principal de cette expédition tel que l’exprime Scott lui-même était « d’atteindre le pôle Sud et de garantir à l’Empire britannique l’honneur de cette première ».
Le navire acheté pour l’occasion est le Terra Nova (d’où le nom de l’expédition). Celui-ci appareille de Cardiff au Pays de Galles, le 15 juillet 1910, puis quitte le port de Lyttleton en Nouvelle-Zélande pour l’Antarctique le 26 novembre 1910 avec à son bord 34 chiens, 19 poneys, 3 véhicules motorisés, 30 tonnes de vivres, une cabane préfabriquée et 64 hommes choisi parmi plus de 7 000 candidats !
Le site choisi pour l’installation du camp de base principal est le cap Evans, baptisé ainsi en l’honneur d’Edward Evans, le commandant en second de l’expédition. Mi-janvier 1911, 9 jours après leur arrivée sur place, l’abri principal est utilisable à l’ouest de l’île Ross. Il s’agit d’une cabane de quinze mètres sur huit, construite en lattes de pin, dont les murs, le toit et le planché sont isolés par du caoutchouc, de la toile de jute et des algues séchées.
De cette cabane partirent différentes expéditions, dont celle vers le pôle Sud atteint le 17 janvier 1912, d’où Robert Falcon Scott, Edward Adrian Wilson, Lawrence Oates, Henry Robertson Bowers et Edgar Evans, ne revinrent jamais.
Le 22 juin 1911, Bowers et Apsley Cherry-Garrard accompagnent Wilson pour une mission de collecte d’œufs de manchots empereurs. Après un terrible périple en plein hiver avec des températures atteignant -60°C, ils sont de retour le 1er aout avec 3 œufs, les premiers collectés de l’histoire. De nombreux raids furent également organisés dans le but de mener des études géologiques, notamment dans les fameuses vallées sèches, mais aussi sur le mont Erebus dont la seconde ascension fut réalisée en décembre 1912.

A l’intérieur dans la vaste cabane, le temps semble s’être arrêté. Les laboratoires du photographe Herbert Ponting et du biologiste Edward Wilson, sont quasi intacts. Les lits, la vaisselle, les caisses de vivres sont toujours à leur place. On imagine aisément les silhouettes de ces hommes assis à la grande table, vacant à leurs occupations, les odeurs émanant du poêle et de la cuisine… Se tenir debout devant le lit de Scott, semble irréel… Le plus inexplicable, sont les sentiments que vous ressentez lorsque vous ressortez de cet endroit, en silence, comme sortant d’un lieu de culte. Devant la porte d’entrée, vous vous retournez pour lancer un dernier regard. A 20 km de là, le mont Erebus fume…

Instants de Noël avec les explorateurs polaires

En cette période de fêtes de fin d’année, nous vous proposons un voyage dans le temps, aux cotés d’explorateurs polaires, afin de partager quelques instants de leur Noël. Un Noël au bout du monde, loin des familles et au retour incertain…

Joyeux Noël à toutes et à tous !

En Antarctique…

« C’est la soirée de Noël, les chiens auront double ration, mais nous n’avons plus dans la caisse des compléments qu’une unique côtelette de porc. Nous la partageons en trois très exactement et mangeons notre dîner plus silencieusement que de coutume. Quoiqu’il en soit, Noël 1951 restera dans nos mémoires comme un Noël très cher ; celui de la solitude, de la paix et de l’amitié. »
Michel Barré, Terre Adélie – Noël 1951

« Partout dans le monde un moment de réjouissance, de retrouvailles en famille et de bonheur. Ici, voici la misère, la désolation et un flot de nostalgie à devenir fou. Toute la journée, il a soufflé un vent épouvantable d’Est-Sud-Est avec son auxiliaire habituelle – de la neige qui tombe à l’horizontal – réduisant la visibilité à quelques dizaines de mètres. La soirée dernière fut désespérément terne. Borchgrevink proposa un toast aux membres de l’expédition en commença par les insulter, et lorsqu’un toast lui fut porter en retour sans aucune manière démonstrative, et pour ma part bu dans un verre vide, il s’offensa et bouda toute la journée. Avec le hurlement du blizzard à l’extérieur, l’oppression mentale et le silence intérieur, nous étions à peine joyeux, tout juste gais. Le dernier Noël était particulièrement terne, mais que dire de celui-ci. »
Louis Charles Bernacchi, Cap Adare – Noël 1899

« Qui pourrait se targuer un Noël plus agréable que le nôtre ? La banquise nous entoure, il règne un calme extraordinaire. A dix heures, nous célébrons l’office et chantons des cantiques. Le repas, constitué de mouton frais, est servi aux hommes d’équipage. Pourquoi n’a-t-on pas jugé la viande de manchot digne d’un repas de Noël ? Nous en aurons pourtant le soir, après les toasts aux amis absents. »
Apsley Cherry-Garrard à bord du Terra Nova en mer de Ross – Noël 1910

« Jour de Noël. C’est pour moi un étrange, un épuisant Noël, avec beaucoup de neige à contempler et très peu de repos. Le vent, que nous avions en face hier, fraichît aujourd’hui et soulève la couche de neige qui nous mord au nez et au visage. Nous portons, pour tirer les luges, nos blouses coupe-vent ; si nous parvenons, en marchant, à avoir à peu près chaud, nos bras sont engourdis par le vent pénétrant, bien que nous les agitions frénétiquement. Pas question, cependant, de freiner l’équipe pour se vêtir et se dévêtir. Mieux vaut avoir trop chaud que d’occasionner des retards. Pour célébrer ce jour, nous avons droit à un léger supplément de viande de poneys au petit-déjeuner. »
Apsley Cherry-Garrard, en route vers le pôle Sud – Noël 1911

Apsley Cherry-Garrard

Apsley Cherry-Garrard

« Excellent repas préparé par Bonjon qui cuisine très bien (pâté de foie, jambon, asperges, skua et petits fois, fruits alcoolisés, et pudding au rhum). Hélas trop de boissons (champagne, punch, vin blanc et rouge, café et framboise). Harders est malade. A minuit 15, j’allume l’arbre, hélas à minuit 45, il flambe. On ouvre les paquets. »
André-Franck Liotard, Terre Adélie – Noël 1950

André Franck Liotard

André Franck Liotard

« Notre meilleure journée depuis la Porte du Sud. Notre route de la matinée est faite, comme les jours précédents, de vagues de glace, de crevasses… et des sempiternelles chutes qu’elle occasionnent. Nous nous arrêtons pour camper à six heures du soir, éreintés et les pieds glacés. C’est demain Noël. Nous songeons à la patrie et aux fêtes qu’on y célèbre en cette occasion. Nos pensées s’envolent par-delà les déserts de glace et les océans tempétueux vers ceux qui en ce moment doivent penser à nous. Nous approchons du but.
25 décembre : marche pénible et bise cinglante du sud ; le soir, dîner somptueux : du ragoût avec un morceau de viande de cheval bouillie et du pemmican, un petit pudding et du cacao, le tout arrosé d’une goutte d’eau-de-vie et d’une cuillère de crème de menthe. Nous nous sentons rassasiés. Après dîner, un rapide examen de la situation nous pousse à décréter une nouvelle diminution des rations. »
Ernest Shackleton, sur la calotte glaciaire en route vers le pôle Sud – Noël 1908

« Réveillés à onze heures du soir. La préparation d’un ragoût d’os broyés pour célébrer Noël nous prend tellement de temps que nous ne partons pas avant deux heures et demie. Pour augmenter le caractère exceptionnel du repas, je sors deux morceaux de biscuits que j’avais caché dans mon sac à dos, vestiges d’une époque heureuse, antérieure à l’accident. Mertz et moi nous souhaitons un joyeux Noël, ainsi que d’autres anniversaires heureux, le tout arrosé de soupe de chien. »
Douglas Mawson, sur la calotte glaciaire en Terre de Wilkes – Noël 1912

L’australien Sir Douglas Mawson

Douglas Mawson

En Arctique…

« Après un moment de repos, nous nous retrouvâmes au salon pour le repas de Noël. J’avais dactylographié le menu en plusieurs exemplaires. Chacun conserva le sien en souvenir de ce jour. Le voici : cornichons doux et forts, soupe aux huitres, langouste, steak d’ours, langue de bœuf, pommes de terre et petits pois, asperges à la crème, pudding, thé, gâteaux. Quand nous fûment tous assis, Bartlett sortit une bouteille de whisky, qu’il fit passer à la ronde. Il n’en versa qu’une goutte dans son verre, dans celui de Malloch et dans le mien et nous invita à l’imiter. « Camarades, je voudrais porter un toast. Levons-nous, je vous prie ! » D’un même élan, nous nous levâmes et tandis que nous brandissions nos verres, il déclara : « A ceux que nous aimons et qui sont restés là-bas ». Ce fut un moment solennel et nous restâmes silencieux plusieurs minutes, l’esprit à des milliers de kilomètres de-là. »
William Laird McKinlay, à bord du Karluk pris dans les glaces de l’océan Arctique – Noël 1913

« Un radieux clair de lune illumine la silencieuse nuit arctique… A l’approche du grand jour de Noël, notre petit monde est de plus en plus gai. Chacun songe évidemment aux absents, mais personne ne laisse deviner ses soucis. Faire abondance, c’est pour nous la seule manière de fêter les solennités. Le dîner est excellent et le souper non moins exquis. Le « clou » de la fête est l’arrivée de boites contenant les cadeaux de Noël, présents de la mère de la fiancée de Hansen. C’est avec une véritable joie d’enfant que chacun reçoit son petit souvenir : une pipe, un couteau ou une autre bagatelle de ce genre. Il semble que ces caisses soient un message de tous les chers absents. Après cela, une série de toasts et de discours. Là-bas, au pays, très certainement ils songent aujourd’hui à nous et s’attristent à la pensée des souffrances que nous devons endurer, supposent-ils, au milieu du grand désert glacé de l’océan Arctique. Que ne peuvent-ils nous voir gais et bien portants ! A coup sûr notre vie n’est pas plus pénible que la leur. Jamais je n’ai mené une existence aussi douce et jamais je n’ai autant redouté l’embonpoint. »
Fridtjof Nansen, à bord du Fram pris dans les glaces de l’océan Arctique – Noël 1893

« Encore un Noël passé loin des nôtres. Dans cette épreuve, je suis soutenu par l’espérance. Après de longs jours d’incertitude, j’entrevois le succès, la fin de la nuit noire. Si la vie de l’explorateur est pénible et faite de désappointements, elle a aussi de belles heures, lorsque par une volonté inébranlable il réussit à triompher de tous les obstacles, et lorsque sa persévérance lui permet d’entrevoir le triomphe final. La veillée de la Noël a été célébrée en grande pompe. Pour la circonstance, avec la collaboration de Blessing, j’ai fabriqué un nouveau cru, « le Champagne du 83° de latitude nord », produit du jus généreux de la ronce faux-mûrier, le noble fruit des régions boréales et arctiques. Et, pendant ce temps, souffle toujours le bon vent. Nous avons probablement dépassé le 83°. Jusqu’ici la tourmente nous a empêché de vérifier notre position. Dans la journée, une étoile apparaît. Hansen accourt aussitôt. Nous sommes au nord du 83°20′ ; cette nouvelle augmente encore l’allégresse générale. »
Fridtjof Nansen, à bord du Fram pris dans les glaces de l’océan Arctique, à moins de 800 km du pôle Nord – Noël 1894

« Température à deux heures du soir -24°C. Quelle triste veille de Noël ! Là-bas, les cloches sonnent gaiement… Il me semble entendre leur joyeux murmure à travers l’air froid et silencieux de la campagne endormie sous la neige… On vient d’allumer les chandelles des arbres de Noël, autour les enfants dansent leurs rondes joyeuses… Quand je serai revenu, je donnerai une matinée d’enfants…
Là-bas, aujourd’hui, c’est la fête, même dans les plus humbles chaumières. Et nous aussi nous voulons célébrer ce grand jour. Nous nous sommes débarbouillés dans une tasse d’eau chaude, et avons ensuite fait un bout de toilette. Nous avons retourné nos chemises et mis des caleçons propres. Après cela, nous avons l’impression d’avoir changé de peau. Le menu se compose d’un gratin de poisson et de farine de maïs, cuit dans l’huile de morse ; pour dessert, du pain frit dans cette même huile. Demain matin, à déjeuner, nous aurons du chocolat et du pain.
25 décembre : un temps de Noël superbe, pas de vent. Une lumière éblouissante dans le silence solennel de l’éternité. Pour fêter ce jour de paix et de joie, l’aurore boréale lance le plus merveilleux feu d’artifice. … Maintenant, voici l’heure des dîners de famille. Je vois le grand-père, toujours solennel, accueillant, le sourire aux lèvres, ses enfants et ses petits-enfants. Au dehors, la neige met sa ouate immaculée sur les bruits du monde. En arrivant, les enfants secouent bruyamment leurs souliers, suspendent leurs paletots, et entrent dans le salon chaud et éblouissant de lumière. Une agréable senteur sort de la cuisine ; dans la salle à manger, la table est garnie de friandises et de vins généreux. Tout cela laisse une impression de joie et de bien-être ! Patience, patience ! vienne seulement l’été ; nous aurons aussi notre part de joie… La marche à l’étoile est longue et difficile. »
Fridtjof Nansen, en Terre François Joseph (arctique russe) – Noël 1895

L’explorateur norvégien Fridtjof Nansen

Fridtjof Nansen

Les îles Bounty

A 220 km au nord des îles Antipodes et à l’est de la Nouvelle-Zélande, se trouve l’archipel des îles Bounty. Composé d’une vingtaine de petites îles et rochers, l’archipel a une superficie de 1,6 km² pour une altitude maximale de 88m.

Lorsque le navire le Bounty, passa près de l’archipel en 1788, le commandant William Bligh fit référence dans son journal à « des taches blanches semblables à de la neige ».
Il s’agissait en fait du guano produit par des dizaines de milliers d’oiseaux occupant chaque mètre carré de roche. Les principaux habitants des lieux sont les albatros de Salvin (population estimée de 75 000 couples) et le gorfou huppé. Cinq autres espèces d’oiseaux de mer nichent également aux îles Bounty dont le plus rare des cormorans, le cormoran de Bounty (500 à 600 oiseaux).
Bligh mentionna aussi un nombre important d’otaries de Nouvelle-Zélande. Selon les archives des chasseurs, 50 000 fourrures furent ramenées des îles Bounty au début des années 1800. Trente ans plus tard, les otaries avaient quasiment disparues. Des chiffres de 1992 donnent une population de 20 000 individus, confirmant le retour progressif de ces mammifères marins dans l’archipel.

C’est seulement en 2004 que la seule plante vasculaire (Lepidium oleraceum) a été découverte sur ces îles, où ne vivent que quelques lichens et algues. Et dire qu’il fut question en 1895 de proposer une concession sur l’archipel dans le but d’y installer un élevage de moutons !

Pour autant, le spectacle du ballet de milliers d’oiseaux venus se reproduire sur ces rochers est grandiose ! Des rochers dressés en plein océan, qui revêtent un intérêt majeur pour la biodiversité.