Articles

Instants de Noël avec les explorateurs polaires

En cette période de fêtes de fin d’année, nous vous proposons un voyage dans le temps, aux cotés d’explorateurs polaires, afin de partager quelques instants de leur Noël. Un Noël au bout du monde, loin des familles et au retour incertain…

Joyeux Noël à toutes et à tous !

En Antarctique…

« C’est la soirée de Noël, les chiens auront double ration, mais nous n’avons plus dans la caisse des compléments qu’une unique côtelette de porc. Nous la partageons en trois très exactement et mangeons notre dîner plus silencieusement que de coutume. Quoiqu’il en soit, Noël 1951 restera dans nos mémoires comme un Noël très cher ; celui de la solitude, de la paix et de l’amitié. »
Michel Barré, Terre Adélie – Noël 1951

« Partout dans le monde un moment de réjouissance, de retrouvailles en famille et de bonheur. Ici, voici la misère, la désolation et un flot de nostalgie à devenir fou. Toute la journée, il a soufflé un vent épouvantable d’Est-Sud-Est avec son auxiliaire habituelle – de la neige qui tombe à l’horizontal – réduisant la visibilité à quelques dizaines de mètres. La soirée dernière fut désespérément terne. Borchgrevink proposa un toast aux membres de l’expédition en commença par les insulter, et lorsqu’un toast lui fut porter en retour sans aucune manière démonstrative, et pour ma part bu dans un verre vide, il s’offensa et bouda toute la journée. Avec le hurlement du blizzard à l’extérieur, l’oppression mentale et le silence intérieur, nous étions à peine joyeux, tout juste gais. Le dernier Noël était particulièrement terne, mais que dire de celui-ci. »
Louis Charles Bernacchi, Cap Adare – Noël 1899

« Qui pourrait se targuer un Noël plus agréable que le nôtre ? La banquise nous entoure, il règne un calme extraordinaire. A dix heures, nous célébrons l’office et chantons des cantiques. Le repas, constitué de mouton frais, est servi aux hommes d’équipage. Pourquoi n’a-t-on pas jugé la viande de manchot digne d’un repas de Noël ? Nous en aurons pourtant le soir, après les toasts aux amis absents. »
Apsley Cherry-Garrard à bord du Terra Nova en mer de Ross – Noël 1910

« Jour de Noël. C’est pour moi un étrange, un épuisant Noël, avec beaucoup de neige à contempler et très peu de repos. Le vent, que nous avions en face hier, fraichît aujourd’hui et soulève la couche de neige qui nous mord au nez et au visage. Nous portons, pour tirer les luges, nos blouses coupe-vent ; si nous parvenons, en marchant, à avoir à peu près chaud, nos bras sont engourdis par le vent pénétrant, bien que nous les agitions frénétiquement. Pas question, cependant, de freiner l’équipe pour se vêtir et se dévêtir. Mieux vaut avoir trop chaud que d’occasionner des retards. Pour célébrer ce jour, nous avons droit à un léger supplément de viande de poneys au petit-déjeuner. »
Apsley Cherry-Garrard, en route vers le pôle Sud – Noël 1911

Apsley Cherry-Garrard

Apsley Cherry-Garrard

« Excellent repas préparé par Bonjon qui cuisine très bien (pâté de foie, jambon, asperges, skua et petits fois, fruits alcoolisés, et pudding au rhum). Hélas trop de boissons (champagne, punch, vin blanc et rouge, café et framboise). Harders est malade. A minuit 15, j’allume l’arbre, hélas à minuit 45, il flambe. On ouvre les paquets. »
André-Franck Liotard, Terre Adélie – Noël 1950

André Franck Liotard

André Franck Liotard

« Notre meilleure journée depuis la Porte du Sud. Notre route de la matinée est faite, comme les jours précédents, de vagues de glace, de crevasses… et des sempiternelles chutes qu’elle occasionnent. Nous nous arrêtons pour camper à six heures du soir, éreintés et les pieds glacés. C’est demain Noël. Nous songeons à la patrie et aux fêtes qu’on y célèbre en cette occasion. Nos pensées s’envolent par-delà les déserts de glace et les océans tempétueux vers ceux qui en ce moment doivent penser à nous. Nous approchons du but.
25 décembre : marche pénible et bise cinglante du sud ; le soir, dîner somptueux : du ragoût avec un morceau de viande de cheval bouillie et du pemmican, un petit pudding et du cacao, le tout arrosé d’une goutte d’eau-de-vie et d’une cuillère de crème de menthe. Nous nous sentons rassasiés. Après dîner, un rapide examen de la situation nous pousse à décréter une nouvelle diminution des rations. »
Ernest Shackleton, sur la calotte glaciaire en route vers le pôle Sud – Noël 1908

« Réveillés à onze heures du soir. La préparation d’un ragoût d’os broyés pour célébrer Noël nous prend tellement de temps que nous ne partons pas avant deux heures et demie. Pour augmenter le caractère exceptionnel du repas, je sors deux morceaux de biscuits que j’avais caché dans mon sac à dos, vestiges d’une époque heureuse, antérieure à l’accident. Mertz et moi nous souhaitons un joyeux Noël, ainsi que d’autres anniversaires heureux, le tout arrosé de soupe de chien. »
Douglas Mawson, sur la calotte glaciaire en Terre de Wilkes – Noël 1912

L’australien Sir Douglas Mawson

Douglas Mawson

En Arctique…

« Après un moment de repos, nous nous retrouvâmes au salon pour le repas de Noël. J’avais dactylographié le menu en plusieurs exemplaires. Chacun conserva le sien en souvenir de ce jour. Le voici : cornichons doux et forts, soupe aux huitres, langouste, steak d’ours, langue de bœuf, pommes de terre et petits pois, asperges à la crème, pudding, thé, gâteaux. Quand nous fûment tous assis, Bartlett sortit une bouteille de whisky, qu’il fit passer à la ronde. Il n’en versa qu’une goutte dans son verre, dans celui de Malloch et dans le mien et nous invita à l’imiter. « Camarades, je voudrais porter un toast. Levons-nous, je vous prie ! » D’un même élan, nous nous levâmes et tandis que nous brandissions nos verres, il déclara : « A ceux que nous aimons et qui sont restés là-bas ». Ce fut un moment solennel et nous restâmes silencieux plusieurs minutes, l’esprit à des milliers de kilomètres de-là. »
William Laird McKinlay, à bord du Karluk pris dans les glaces de l’océan Arctique – Noël 1913

« Un radieux clair de lune illumine la silencieuse nuit arctique… A l’approche du grand jour de Noël, notre petit monde est de plus en plus gai. Chacun songe évidemment aux absents, mais personne ne laisse deviner ses soucis. Faire abondance, c’est pour nous la seule manière de fêter les solennités. Le dîner est excellent et le souper non moins exquis. Le « clou » de la fête est l’arrivée de boites contenant les cadeaux de Noël, présents de la mère de la fiancée de Hansen. C’est avec une véritable joie d’enfant que chacun reçoit son petit souvenir : une pipe, un couteau ou une autre bagatelle de ce genre. Il semble que ces caisses soient un message de tous les chers absents. Après cela, une série de toasts et de discours. Là-bas, au pays, très certainement ils songent aujourd’hui à nous et s’attristent à la pensée des souffrances que nous devons endurer, supposent-ils, au milieu du grand désert glacé de l’océan Arctique. Que ne peuvent-ils nous voir gais et bien portants ! A coup sûr notre vie n’est pas plus pénible que la leur. Jamais je n’ai mené une existence aussi douce et jamais je n’ai autant redouté l’embonpoint. »
Fridtjof Nansen, à bord du Fram pris dans les glaces de l’océan Arctique – Noël 1893

« Encore un Noël passé loin des nôtres. Dans cette épreuve, je suis soutenu par l’espérance. Après de longs jours d’incertitude, j’entrevois le succès, la fin de la nuit noire. Si la vie de l’explorateur est pénible et faite de désappointements, elle a aussi de belles heures, lorsque par une volonté inébranlable il réussit à triompher de tous les obstacles, et lorsque sa persévérance lui permet d’entrevoir le triomphe final. La veillée de la Noël a été célébrée en grande pompe. Pour la circonstance, avec la collaboration de Blessing, j’ai fabriqué un nouveau cru, « le Champagne du 83° de latitude nord », produit du jus généreux de la ronce faux-mûrier, le noble fruit des régions boréales et arctiques. Et, pendant ce temps, souffle toujours le bon vent. Nous avons probablement dépassé le 83°. Jusqu’ici la tourmente nous a empêché de vérifier notre position. Dans la journée, une étoile apparaît. Hansen accourt aussitôt. Nous sommes au nord du 83°20′ ; cette nouvelle augmente encore l’allégresse générale. »
Fridtjof Nansen, à bord du Fram pris dans les glaces de l’océan Arctique, à moins de 800 km du pôle Nord – Noël 1894

« Température à deux heures du soir -24°C. Quelle triste veille de Noël ! Là-bas, les cloches sonnent gaiement… Il me semble entendre leur joyeux murmure à travers l’air froid et silencieux de la campagne endormie sous la neige… On vient d’allumer les chandelles des arbres de Noël, autour les enfants dansent leurs rondes joyeuses… Quand je serai revenu, je donnerai une matinée d’enfants…
Là-bas, aujourd’hui, c’est la fête, même dans les plus humbles chaumières. Et nous aussi nous voulons célébrer ce grand jour. Nous nous sommes débarbouillés dans une tasse d’eau chaude, et avons ensuite fait un bout de toilette. Nous avons retourné nos chemises et mis des caleçons propres. Après cela, nous avons l’impression d’avoir changé de peau. Le menu se compose d’un gratin de poisson et de farine de maïs, cuit dans l’huile de morse ; pour dessert, du pain frit dans cette même huile. Demain matin, à déjeuner, nous aurons du chocolat et du pain.
25 décembre : un temps de Noël superbe, pas de vent. Une lumière éblouissante dans le silence solennel de l’éternité. Pour fêter ce jour de paix et de joie, l’aurore boréale lance le plus merveilleux feu d’artifice. … Maintenant, voici l’heure des dîners de famille. Je vois le grand-père, toujours solennel, accueillant, le sourire aux lèvres, ses enfants et ses petits-enfants. Au dehors, la neige met sa ouate immaculée sur les bruits du monde. En arrivant, les enfants secouent bruyamment leurs souliers, suspendent leurs paletots, et entrent dans le salon chaud et éblouissant de lumière. Une agréable senteur sort de la cuisine ; dans la salle à manger, la table est garnie de friandises et de vins généreux. Tout cela laisse une impression de joie et de bien-être ! Patience, patience ! vienne seulement l’été ; nous aurons aussi notre part de joie… La marche à l’étoile est longue et difficile. »
Fridtjof Nansen, en Terre François Joseph (arctique russe) – Noël 1895

L’explorateur norvégien Fridtjof Nansen

Fridtjof Nansen

Au cap Royds dans la cabane de Shackleton

Le 1er janvier 1908, le trois-mâts goélette Nimrod quitta le port de Lyttelton en Nouvelle-Zélande, direction l’Antarctique. A son bord, vingt hommes âgés de 20 à 49 ans embarquèrent pour ce qui fut à l’époque, la seconde expédition britannique en Antarctique du XXème siècle. Elle était dirigée par Sir Ernest Shackleton (33 ans), qui pensait alors installer son camp de base en bordure de l’ice shelf de Ross, comme point de départ vers le pôle sud géographique.

En raison de la glace, Shackleton dû changer ses plans à deux reprises, pour finalement s’installer au cap Royds situé sur la côte est de l’île de Ross (voir sur une carte). Ce cap fut découvert quelques années auparavant par l’expédition Discovery (1901-1904) et nommé ainsi en hommage au météorologue de l’expédition, le lieutenant Charles Royds.
Le 3 février 1908, Shackleton et ses hommes débarquèrent donc en Antarctique et débutèrent le 6 du même mois, la construction de leur abri. Celui-ci consistait en une cabane préfabriquée de 10 mètres sur 6, qui abrita quinze hommes treize mois durant, jusqu’à leur départ du cap Royds le 3 mars 1909. A l’intérieur de la cabane, il y avait une chambre noire avec le matériel photographique, des caisses de vin, des vivres, un laboratoire de biologie, un poêle/fourneau, une table, du matériel scientifique et les lits et effets personnels des membres de l’expédition. La cabane était également équipée de sept lampes suspendues au plafond, produisant de la lumière grâce à une réserve de gaz acétylène.
A l’extérieur se trouvaient les poneys et attenant aux écuries, un garage ainsi qu’un atelier pour la première voiture ayant foulé le sol antarctique, une Arrol-Johnston.

C’est de cette cabane au cap Royds, que les hommes menèrent plusieurs raids qui firent date dans l’histoire de l’exploration de l’Antarctique :
– le 10 mars 1908 : 5 hommes atteignent le sommet du cratère du mont Erebus culminant à 3 794 mètres
– le 9 janvier 1909 : par 88°23’S (latitude la plus australe jamais atteinte jusqu’alors) à moins de 160 kilomètres du pôle sud géographique, Shackleton, Adams, Wild et Marshall, font demi-tour, plutôt que de risquer leur vie à atteindre ce point mythique
– le 16 janvier 1909 : 3 hommes dont Douglas Mawson, atteignent le pôle sud magnétique après un raid incroyable de 1 600 kilomètres

Un siècle plus tard, la cabane du cap Royds est toujours debout, fièrement dressée au pied de l’Erebus, face aux monts Transantarctiques, et à quelques pas de la colonie de manchots Adélie la plus au sud du globe.
En 2004 un programme de restauration a été mis en place par l’Antarctic Heritage Trust, association ayant pour but la conservation des sites historiques en Antarctique. Quatre années de travail furent nécessaires pour restaurer et étanchéifier le bâtiment, ainsi qu’inventorier plus de 5 000 artéfacts…

Imaginez un instant pénétrer dans cette cabane chargée d’histoire… Le porche passé, vous faites un bon dans l’histoire, pour vous retrouver dans un autre monde… Le poêle est toujours là, face à vous ; des chaussettes sèchent sur un fil, des boites de sucre ou de biscuits sont à leur place sur les étagères, la signature de Shackleton est encore visible sur un mur en bois… Dans cette ambiance surréelle, vous sentez l’émotion vous gagner, vous semblez deviner des mouvements, des ombres, des voix. Ce n’est qu’une fois de nouveau à l’extérieur, que vous reprenez vos esprits et sortez de ce rêve. Mais tout cela est inexprimable…

► Le site internet de l’Antarctic Heritage Trust

Le mont Erebus, un vieux rêve

En continuant notre périple en mer de Ross, nous avons pu contempler de nos propres yeux, le seul volcan actif en Antarctique : le mont Erebus.

La découverte de James Clark Ross

Fin janvier 1841, alors que l’expédition britannique dirigée par James Clark Ross explore la mer du même nom et vient de quitter l’île Franklin, un gigantesque dôme blanc est repéré. Ce fantastique paysage qui apparut aux marins de l’Erebus et du Terror est décrit le 27 janvier 1841, par le chirurgien de l’Erebus, Robert McCormick : « toute la côte était parsemée d’époustouflants et splendides sommets couverts de neige, qui lorsque le soleil approchait l’horizon, reflétaient les plus brillantes et écarlates teintes jaunes d’or. Nous vîmes également un sombre nuage de fumée s’élevant du volcan, en une parfaite colonne verticale, d’un coté noire, de l’autre reflétant les couleurs du soleil. Ce fut un spectacle surpassant tout ce qu’il est possible d’imaginer… Nous ressentions un sentiment de crainte et d’impuissance, et en même temps, une incroyable émotion de pouvoir contempler le travail des mains du Créateur. »

Selon les dires de Ross, ce volcan culminant à 3794 m d’altitude, semblait alors très actif « émettant des flammes et de la fumée en grande profusion ». Il le baptisa mont Erebus en hommage à son navire. Un second volcan (3 230m), situé à quelques kilomètres de ce dernier, fut nommé Terror du nom du second navire.

A l’époque, les membres de l’expédition pensaient que l’Erebus était situé sur le continent Antarctique. En réalité, ce cône recouvert de glace est situé sur une île, attenante à la grande plateforme glacière de Ross et baptisée soixante ans plus tard île Ross, par Robert Falcon Scott dirigeant l’expédition britannique Discovery.

Erebus est la forme anglaise pour Erèbe, entité mythologique que les Grecs nommaient Erebos : les ténèbres qui, avec la Nuit, constituaient le Chaos originel.

Premières ascensions

La première ascension du mont Erebus fut effectuée en 1908, par des membres de l’expédition britannique Nimrod, dirigée par Ernest Shackleton. Le 5 mars, une équipe de six hommes menée par le géologue Edgeworth David et comprenant un certain Douglas Mawson, quitta la cabane du cap Royds qui faisait office de camp de base. Seuls cinq des six hommes arrivèrent au sommet du cratère, l’un d’entre eux ayant dû rester en arrière en raison d’une insensibilité croissante de ses doigts de pied. L’ascension dura quatre jours, auxquels il faut rajouter une journée complète sous la tente en raison du mauvais temps. Il ne leur fallu en revanche qu’une seule journée pour revenir au camp de base au cap Royds.

« Vers 10 heures du matin, le 10 mars, la caravane atteignit le sommet du cratère. Pour la première fois l’Erebus, peut-être la plus remarquable montagne du monde, était vaincue. » Ernest Shackleton

La seconde ascension de l’Erebus fut réalisée le 12 décembre 1912, par des membres de l’expédition Terra Nova dirigée par Robert Falcon Scott, partis du cap Evans.

La tragédie de 1979

L’Erebus est devenu (tristement) célèbre dans le monde entier en 1979, lors du terrible crash du DC-10 de Air New Zealand le 28 novembre, contre les pentes du volcan. 257 personnes perdirent la vie dans ce qui fût à l’époque la quatrième plus importante catastrophe aérienne au monde. Lors de notre voyage, certaines personnes d’origine néo-zélandaise nous accompagnant, évoquaient toujours la tragédie, se souvenant notamment des images à la télévision…

Pour nous, ce furent des instants magiques, lors de ces quelques jours en mer de Ross, que de partager avec ces personnes et d’autres, la vue de ce géant recouvert de son costume de glace et de neige !

Le saviez-vous ?

  • La lave de l’Erebus ne se retrouve nulle part ailleurs, sauf au mont Kilimanjaro
  • Ce volcan a la particularité de ne pas s’endormir entre deux éruptions, mais de rester en activité continuelle ou presque
  • Au contraire de la grande majorité des volcans de la planète, l’Erebus ne se trouve pas entre deux plaques tectoniques
  • Le mont Erebus est le sixième plus haut sommet d’Antarctique

⇒ Le site internet de l’observatoire du mont Erebus

L’île Macquarie

L’île australienne Macquarie, se trouve à 1000 km au Sud de la Nouvelle-Zélande et à égale distance de la Tasmanie et de l’Antarctique (1500 km).
Elle est la partie immergée du ridge de Macquarie, formé par l’activité des plaques tectoniques pacifique et australienne. L’île est sans doute apparue il y a 600 000 à 700 000 ans et continue de croître à la vitesse de 8 mm par an. De nos jours, l’île Macquarie de forme rectangulaire, occupe une surface de 128 km² (34 km de long pour 5 km de large).
La température moyenne annuelle est de 5°C, mais ce qui caractérise l’île, c’est surtout le vent qui souffle 268 jours par an !!
Macquarie a été découverte par hasard le 11 juillet 1810, par l’équipage du navire de chasse aux phoques Perseverance, commandé par Fréderick Hasselburgh. L’expédition, qui venait de découvrir l’archipel des îles Campbell six mois auparavant, était à la recherche de nouveaux territoires de chasse. L’île fut baptisée en l’honneur du Colonel Lachlan Macquarie, gouverneur de l’état de Nouvelle Galle du Sud de 1810 à 1821. La chasse aux phoques et otaries fut si intense, qu’il faudra attendre les années 1950 pour de nouveau constater la reproduction de ces animaux sur l’île ! Mais le massacre ne s’est pas arrêté là. Les éléphants de mer eux aussi furent chassés, afin de produire de huile à partir de leur graisse. Il en fut de même pour les manchots, bouillis dans de grandes cuves. Deux millions d’entre eux furent ainsi utilisés en une trentaine d’années.
C’est en 1821, que la première vraisemblable expédition scientifique est menée sur l’île. Dirigée par l’amiral russe Bellinghausen, elle réalise la première carte de l’île et récolte les premiers échantillons de plantes et d’animaux. D’autres grands noms visiteront Macquarie, comme le capitaine Scott en 1901.

Mais le tournant scientifique pour l’île sera en 1911. Cette année là, cinq hommes sont déposés par l’expédition australienne dirigée par Douglas Mawson, qui part ensuite hiverner en Antarctique. Pendant deux années et demi, ces hommes établiront un relais radio entre l’Australie et l’Antarctique. Ils exploreront également l’île et leur découvertes et observations, serviront de point de départ à la recherche scientifique. En 1948, le gouvernement australien installe la base de l’ANARE (Australian National Antarctic Research Expeditions), sur l’isthme situé à l’extrémité nord de l’île. Toujours occupée de nos jours, la base a une capacité d’accueil d’environ 40 personnes. La gestion de la base et de l’île, a été confiée conjointement au Tasmanian Parks and Wildlife Service et à l’Australian Antarctic Division.

Comme la plupart des îles subantarctiques, Macquarie frappe par sa biodiversité aussi bien sur le plan de la faune, que de la flore. L’île compte 29 espèces d’oiseaux nicheuses dont 2 endémiques (le gorfou de Schlegel et le cormoran de Macquarie) ainsi que 4 espèces de pinnipèdes. On y compte également 45 espèces de plantes vasculaires, dont 4 endémiques (le chou de Macquarie par exemple), 141 espèces de lichens ou encore 135 espèces de champignons. Il s’en est fallu cependant de peu, pour que bon nombre d’espèces d’oiseaux et de plantes disparaissent. En effet, 9 espèces de mammifères ont été introduits sur l’île depuis le début du 19ème siècle. Après le retrait du dernier chat en 2 000, les australiens se consacrent maintenant à l’éradication des rats, souris et surtout lapins qui ont considérablement endommagé la végétation de l’île. Le programme mené depuis 2010 se terminera en 2018. Il implique directement pas moins de 50 personnes, 12 chiens, 4 hélicoptères et 1 navire pour un budget total de 20 millions d’euros.

Seuls le temps et les glaces sont maitres

C’est aujourd’hui que nous avons rencontré les glaces par 64°20’S soit à plus de 200 kilomètres de la côte antarctique. Rapidement la glace a été dense et les plaques de banquise de l’hiver dernier, épaisses. La décision a été prise de ne pas aller plus loin, puisque les glaces peuvent être un véritable piège et se refermer sur le navire. C’est donc aujourd’hui, que je repense plus particulièrement à ce proverbe groenlandais « Seuls le temps et les glaces sont maîtres« , alors que nous renonçons à approcher la cabane historique de l’expédition australienne dirigée par Douglas Mawson au cap Denison, mais également à poser le pied à la base française Dumont d’Urville.

« Silarsuaq sikullu kisimi naagalavoq » – Proverbe groenlandais…

Ma déception est donc évidente, mais je ne suis pas surpris pour autant. Il restait un petit espoir, la nature et les éléments ont eu raison de nous, de quoi nous rappeler que l’homme est loin d’être le plus fort. Cette nature nous a tout de même gâté, puisque nous avons vu au total, une dizaine de manchots empereurs adultes sur des plaques de banquise dérivante. D’autres souvenirs m’ont alors traversé l’esprit, celui d’un long hiver passé dans les parages avec eux…

Hobart

Alors que ma saison ne fait que commencer, arriver à Hobart depuis l’Europe après pas moins de 25 heures d’avion, c’est l’impression d’avoir déjà fait le tour du monde. Un panneau discret vous rappelle d’où vous venez, puisque la ville est jumelée avec… Brest ! Nichée au pied du Mont Wellington (1 271 m) et occupant toute la baie de Sullivan, la ville d’Hobart a été fondée dès le début du XIXème siècle et fût à l’époque tout d’abord une colonie pénitencière. Les populations aborigènes locales furent rapidement décimées par des maladies ou des conflits et peu à peu remplacés par des colons. Une ville se développa autour de son port en eaux profondes, véritable porte ouverte vers les mers du Sud riches en phoques et baleines. En 1875, le nom d’Hobart lui fut donné.

Hobart compte aujourd’hui environ 212 000 habitants, et son économie est tournée vers les activités portuaires, la construction navale, la fabrication de la bière (brasserie Cascade) et du chocolat (usine Cadbury), mais aussi du tourisme. Il faut dire que les alentours de la ville sont connus dans le monde entier : les Craddle Mountains, les parcs nationaux de Freycinet et Maria Island… Et puis, l’île de Tamsmanie est aussi célèbre pour son diable de Tasmanie qui existe bel et bien, puisque c’est un marsupial nocturne d’environ 8 kilos, dont les effectifs sont malheureusement en baisse suite à une terrible maladie.

Le port d’Hobart est également le point de départ vers l’Antarctique, des rotations du navire Aurora Australis de l’institut polaire australien (Australian Antarctic Division), mais également de L’Astrolabe le bateau de l’institut polaire français. D’ailleurs dans l’histoire polaire, la ville est associée à de grands noms : c’est de la que parti il y a 100 ans, le 1er décembre 1911, l’explorateur Douglas Mawson, mais aussi là qu’accosta avec le Fram le norvégien Roald Amundsen le 7 mars 1912. Il envoya alors ce jour depuis la poste centrale, un message annonçant au roi Haakon IVV de Norvège et au monde entier, l’exploit réalisé avec ses 4 compagnons : celui d’avoir atteint le pôle Sud géographique !

A un niveau bien moins héroïque, c’est de là que je partis également le 18 octobre 2005 pour ma première aventure polaire et que de nouveau je vais appareiller demain vers le grand Sud…